L’accélération des transformations de bureaux en logements

Lecture : 3 min

L’entreprise Novaxia, spécialiste de l’investissement dans le renouvellement urbain, a mis en place un dispositif inédit pour financer la transformation d’immeubles de bureaux en logements. Une initiative soutenue par le gouvernement, qui souhaite donner un coup d’accélérateur et massifier ce type d’opérations.

Le premier fonds en assurance-vie de recyclage de bureaux en logements

C’est en présence de la ministre chargée du Logement Emmanuelle Wargon que l’entreprise Novaxia a annoncé, le 19 janvier 2021, la naissance du premier fonds en assurance-vie de recyclage d’immeubles de bureaux en logements, avec la collaboration de 4 assureurs-vie : Generali, Suravenir, Spirica et AG2R La Mondiale.

Grâce à cette initiative, les titulaires d’un contrat d’assurance-vie pourront investir dans des opérations de transformation de bureaux en logements, « tout en captant la plus-value issue de la baisse de la valeur des bureaux », comme l’explique Novaxia dans un récent communiqué de presse.

Pour mener à bien ce projet, l’entreprise est partie de plusieurs constats. Tout d’abord, la crise sanitaire a entraîné un développement inédit du télétravail, qui entraîne mécaniquement une baisse de la demande de bureaux. Parallèlement à cette baisse, la pénurie de logements a quant à elle connu une accélération.

La transformation de bureaux en logements est donc l’occasion de rééquilibrer l’offre et la demande, tout en préservant l’environnement : les bureaux transformés permettent d’éviter la construction de bâtiments neufs, et ainsi d’économiser une grande quantité d’émissions de gaz à effet de serre.

Enfin, l’assurance-vie est le premier canal d’épargne en France, avec 47 millions de contrats individuels. La mise en place de ce fonds en assurance-vie, appelé Novaxia R, devrait permettre l’investissement de 1 milliard d’euros sur 3 ans et la création de 4000 logements.

 

Lancement d’un appel à projets à Paris

À Paris, plusieurs opérations de transformation de bureaux en logements ont déjà eu lieu. Pour accélérer le mouvement, Emmanuel Grégoire, premier adjoint de la maire Anne Hidalgo, a annoncé le lancement prochain d’un appel à projets.

Emmanuelle Wargon, qui a déclaré voir « le renouvellement urbain comme l’une des réponses au manque de logements dans les métropoles », a récemment expliqué qu’un recensement serait effectué, avec l’aide des collectivités territoriales, des immeubles de bureaux susceptibles d’être transformés en logements.

Par ailleurs, la ministre en charge du Logement a précisé qu’un travail de simplification de la réglementation serait entamé, ainsi qu’un processus de clarification du modèle économique de ces opérations de recyclage de bureaux en habitations.

En mars 2018, une charte d’engagement signée par le secrétaire d’État à la Cohésion des territoires de l’époque, Julien Denormandie, et 10 acteurs de l’immobilier, prévoyait la transformation de 500 000 m2 de bureaux en logements en Île-de-France à l’horizon 2022.

Si à ce jour, les objectifs fixés n’ont pas été atteints, le gouvernement entend bien, dans les mois et les années qui viennent, mettre sur pied ou réactiver divers dispositifs pour massifier la transformation de bureaux en logements.