Les PET complexes recyclés en mousses isolantes pour le bâtiment

Lecture : 3 min

À peine plus d’un quart des plastiques sont recyclés en France, et quasiment aucun PET : ces plastiques complexes que l’on retrouve dans les bouteilles de lait opaques, les bidons de lessive ou les flacons de shampoing. Pourtant, les choses changent grâce au géant alsacien de l’isolation et de l’étanchéité Soprema. Depuis juillet 2019, son unité de recyclage nommée Sopraloop transforme avec succès les plastiques PET en polyol, la matière première des mousses isolantes.

Le procédé Sopraloop : de la bouteille de lait au polyol

C’est une grande innovation apportée par le département Recherche et Développement du groupe Soprema. Le procédé Sopraloop, lancé à l’été 2019, permet en effet de recycler les plastiques PET complexes, qui étaient jusqu’alors incinérés.

Après un investissement de 7 millions d’euros et plus d’un an d’expérimentation dans l’unité de recyclage située à Strasbourg, le procédé a révélé son efficacité : la matière première issue des PET est validée par les tests qualité. La mousse isolante produite grâce au PET peut donc être utilisée pour les travaux du bâtiment.

Comment fonctionne le procédé Sopraloop ?

 

Au sein de l’unité de recyclage strasbourgeoise, les bouteilles de lait opaques, shampoings, barquettes alimentaires et autres plastiques PET, sont tout d’abord triés mécaniquement pour en abstraire les éléments contaminants.

Une broyeuse vient ensuite réduire les déchets décontaminés en paillettes. Ces dernières subiront un traitement chimique qui permettra leur transformation en polyol, une matière première de couleur vert kaki.

Soprema peut ensuite commercialiser le polyol, ou l’acheminer vers deux de ses usines situées dans l’Yonne et en Bavière, pour fabriquer des isolants en polyuréthane.

Une moindre dépendance au pétrole

Le directeur stratégie et performance environnementale de Soprema, Olivier Weymann, se dit satisfait des résultats de ce procédé.

Il correspond en effet aux attentes actuelles de la société en matière d’écologie et permet au groupe d’être moins dépendant de cette ressource fossile qu’est le pétrole pour la fabrique des isolants, et donc moins soumis aux fluctuations parfois très importantes de son cours.

L’entreprise vise un pourcentage de 30 à 40 % de polyols utilisés parmi les matières premières à l’origine des isolants. L’unité de Strasbourg peut déjà en produire plus de 5 000 tonnes tous les ans grâce au recyclage de 3 500 tonnes de plastiques complexes.

Les 130 000 tonnes de PET produites chaque année en France ne partiront donc plus tous en fumée. Une seconde vie sera proposée à certains d’entre eux grâce au procédé Sopraloop, au service du groupe Soprema mais aussi pour le bien de la planète.