Mexique : des architectes de renom construisent un poulailler

Lecture : 3 min

Une fondation artistique située au sud du Mexique a commandé un poulailler à un cabinet d’architectes très réputé. Le résultat est surprenant, tant au niveau de la conception que de l’esthétique.

Un poulailler conçu sur le modèle des habitations collectives

Lorsque la fondation artistique Casa Wabi, située au sud du Mexique dans la ville de Puerto Escondido, a commandé un poulailler au cabinet d’architecture Kengo Kuma and Associates, celui-ci n’a pas hésité et s’est fait un plaisir de relever le défi.

« Nous travaillons généralement sur des projets destinés à être habités par des personnes, pour des usages très spécifiques », a déclaré au site Dezeen Javier Villar Ruiz, le directeur associé du cabinet Kengo Kuma and Associates.

« Pour ce projet, nous avons vu l’opportunité intéressante de développer une sorte de projet de pavillon mais avec une fonction vraiment spécifique pour ses habitants… qui se trouvent être des poules ! » a-t-il expliqué.

La structure même du poulailler est donc constituée de « logements » individuels, permettant aux poules de se reposer. Chaque emplacement est grillagé, et peut être recouvert ou laissé ouvert pour que l’air circule. Les planches de bois qui composent la structure permettent de fournir l’ombre nécessaire aux volatiles.

Le poulailler possède également un espace commun abrité, destiné aux activités de la coopérative créée par la fondation Casa Wabi. L’ensemble du poulailler est soutenu par des panneaux de contreplaqué à joints croisés.

 

Une esthétique japonisante pour ce poulailler d’architectes

Le cabinet Kengo Kuma and Associates s’est inspiré de la tradition japonaise, et a utilisé la technique du bois brûlé, dite « shou sugi ban » ou « yakisugi ». Le bois est brûlé d’un seul côté, ce qui permet d’augmenter sa résistance.

Cette carbonisation, outre son aspect esthétique, permet étonnamment de protéger le bois des incendies, de la moisissure, des UV, des insectes ou encore de l’oxygénation. Sa durée de vie est de 80 à 100 ans, sans produits chimiques ni traitements spécifiques, puisque la couche carbonisée crée une surface protectrice.

Le poulailler dispose de plusieurs murs qui se chevauchent et créent des espaces distincts. On y trouve ainsi, dans l’entrée, un atelier qui sert à la fois à la mise en boîte des œufs, aux petites réparations et aux consultations du vétérinaire. Juste à côté se situe une zone de quarantaine, qui permet d’isoler deux ou trois poules en cas de maladie contagieuse.

Ces espaces sont séparés du poulailler par une cour de 35 m2. Quant au poulailler en lui-même, il s’étend au total sur 155 m2.

Enfin, les revêtements sont, selon les espaces, en gravier, en sable ou en briques d’argile. Ces dernières ont été fabriquées dans un four en céramique de la fondation Casa Wabi, par l’architecte portugais Álvaro Siza.