Un maire de Haute-Garonne excédé par les décharges sauvages

Lecture : 3 min

Jean-Marc Bergia, maire de la commune de Saubens en Haute-Garonne, est excédé par les décharges sauvages. Un artisan a récemment fait les frais de sa colère.

Dépôt sauvage par un artisan 

Dans la commune de Saubens, située à une vingtaine de kilomètres de Toulouse, il ne fait pas bon jeter ses déchets n’importe où. Le maire, Jean-Marc Bergia, ne supporte plus les décharges sauvages, et compte bien le faire entendre à ses administrés.

Un artisan d’un village voisin en a récemment fait l’amère expérience, alors qu’il venait de jeter une quantité importante d’ordures au bout d’un chemin situé sur la commune de Saubens, le mardi 28 juillet.

Quelques minutes après avoir été averti de ce dépôt sauvage par un agriculteur, le maire s’est rendu sur les lieux. Au milieu des restes de carrelage et des éléments d’ameublement, une fiche comportant un nom et un prénom est trouvée.

Bien décidé à agir, le maire se renseigne, découvre que les déchets proviennent d’un artisan et obtient son adresse en appelant le maire de la commune voisine.

La réaction du maire

Accompagné d’agents d’entretien et équipé d’un camion dans lequel ont été chargés tous les déchets, le maire se rend directement au domicile de l’artisan responsable du dépôt sauvage. Et ni une ni deux, le camion décharge les ordures dans l’allée de sa maison.

« Dépôt sauvage, retour à l’envoyeur ! », a déclaré Jean-Marc Bergia sur son compte Twitter, accompagnant ses mots d’une photo du camion en plein déchargement.

« Avec mon équipe, nous avons ramené à un artisan d’une commune voisine le dépôt sauvage retrouvé plus tôt sur Saubens. Tout a été déposé devant l’entrée du contrevenant. L’artisan très surpris s’est excusé, mais a tout de même pris une amende », poursuit-il dans un tweet.

L’artisan, qui a d’abord tenté de nier, a rapidement reconnu les faits et présenté ses excuses, mais a tout de même écopé d’une amende de 68 euros. Le maire entend bien sensibiliser à ce problème récurrent les habitants de sa commune et des communes voisines, où des dépôts sauvages sont retrouvés chaque semaine.