Une première mondiale : un lotissement de maisons intégralement imprimées en 3D

Lecture : 4 min

La Californie verra d’ici un an le premier quartier au monde constitué de maisons réalisées entièrement à partir du procédé de l’impression 3D. Ce dernier permet de réduire les coûts et les déchets de construction. Les maisons tout équipées du lotissement seront intégralement autonomes grâce aux panneaux solaires sur leur toit et à des batteries Tesla en complément.

Un projet de la firme américaine Mighty Buildings

Le projet d’un lotissement entier de maisons fabriquées grâce à l’impression 3D est porté par la firme américaine Mighty Buildings, spécialisée dans la construction et livraison de résidences conçues par impression 3D.

C’est en partenariat avec la société Palari Group, dont le cœur de métier est l’édification de biens immobiliers durables, que la firme Mighty Buildings a développé ce projet. D’une valeur estimée à 15 millions de dollars, le projet doit aboutir au printemps 2022.

C’est à Rancho Mirage, dans la vallée de Coachella située au sud de la Californie, que les 15 maisons formant le quartier seront installées. Cette région est très prisée par les riches Américains et les célébrités du monde entier.

 

L’impression 3D : une économie de temps et d’argent

Dans le domaine du bâtiment, l’impression 3D a la cote. Les raisons de son succès sont simples à comprendre. Elle permet au constructeur de réduire la durée du chantier et de diminuer fortement ses coûts de production.

Ainsi, le responsable du développement durable chez Mighty Buildings, Sam Ruben, explique que cette méthode permet une réduction des coûts de l’ordre de 40 %.

L’économie de temps vient du fait qu’une fois les éléments de la structure imprimés (murs, toit...), l’assemblage sur place n’est pas différent d’un jeu de lego. Il suffit d’emboîter entre eux les différents éléments de la maison.

Une solution écologique à la crise du logement

Sam Ruben indique par ailleurs que l’impression 3D éliminerait 99 % des déchets de construction. Certains experts estiment ainsi que cette méthode de construction durable serait une réponse majeure au défi écologique.

Le matériau de fabrication, le Light Stone Material, est une substance semblable au Corian, qui est un composé de charges minérales et de résine acrylique. Ce matériau a la particularité de durcir au soleil, sous l’effet des rayons UV.

Le Light Stone Material évite l’usage du béton, qui est polluant. Il est de plus très résistant au feu, à l’eau ou encore aux termites.

Concernant le projet du lotissement, les constructeurs s’engagent à n’utiliser que des matériaux provenant de sources durables s’ils ne peuvent faire l’objet d’une impression.

Des maisons autonomes et tout confort

Les 2 hectares de terrain qui accueilleront le lotissement seront divisés en parcelles de 930 m² environ. Sur chacune d’elle sera disposée une maison de 134 m², avec 3 chambres et 2 salles de bain. Une piscine extérieure sera creusée dans le jardin et un second bâtiment de 65 m², composé de 2 chambres et d’une salle de bain, complétera le tout.

Écologique quant à leur procédé de fabrication, ces résidences le seront également quant à leur mode de fonctionnement. En effet, elles seront équipées de systèmes intelligents (purificateur d’air, filtre pour l’eau, consommation d’énergie minimale) alimentés de manière autonome, grâce aux panneaux solaires sur leur toit et à des batteries Tesla.

Ces maisons seront donc à « énergie nette zéro », entièrement autonomes. Des bornes de recharge pour voiture électrique seront également mises en place. C’est le défi de l’écologie qui ne sacrifie pas le confort qui est relevé par ce projet.