Plan de relance : les mesures à destination du secteur de la construction

Lecture : 3 min

« France relance », le plan de relance de 100 milliards d’euros déployé par le gouvernement, a été présenté début septembre par le Premier ministre Jean Castex. Il contient de nombreuses mesures en faveur du secteur de la construction.

Un budget en hausse pour le dispositif MaPrimeRénov’

MaPrimeRénov’ est un dispositif d’aide financière versé sous forme de prime destinée à améliorer les performances énergétiques d’un logement. Cette prime peut par exemple financer l’achat d’une pompe à chaleur ou d’une chaudière à haute performance énergétique, tout comme des travaux d’isolation ou de ventilation.

Jusqu’ici réservé aux ménages les plus modestes et aux propriétaires occupant leur logement, le dispositif va être étendu à tous les ménages, ainsi qu’aux propriétaires bailleurs et aux copropriétaires.

Le budget alloué par l’État à MaPrimeRénov’ va augmenter de 2 milliards d’euros entre 2021 et 2022. Cette enveloppe supplémentaire a été prévue pour répondre au succès du dispositif.

D’importants chantiers de rénovation énergétique

Sur les 100 milliards d’euros du plan de relance, 30 milliards sont alloués à la transition écologique. La volonté du gouvernement est donc claire et plusieurs chantiers de grande ampleur sont prévus dans le secteur de la construction.

Ainsi, 500 millions d’euros vont être attribués à la rénovation thermique du parc social. L’un des objectifs de ce programme est de réduire le nombre de logements considérés comme des « passoires thermiques », dont beaucoup ne sont pas loués en raison de leur vétusté.

Un budget de 4 milliards d’euros va être alloué à la rénovation énergétique des bâtiments publics d’État, notamment les bâtiments universitaires de recherche. 300 millions d’euros seront délégués aux régions pour la rénovation des bâtiments publics appartenant aux collectivités.

Par ailleurs, 2 milliards seront affectés à la rénovation des hôpitaux et des Ehpad dans le cadre du Ségur de la santé, et 200 millions d’euros seront destinés à améliorer le parc tertiaire des TPE et des PME, sous forme d’un crédit d’impôt de 30 % des travaux.

Enfin, une aide sera versée aux collectivités qui délivrent des permis de construire au-delà d’un certain seuil de densité de population, pour encourager la densification plutôt que l’étalement périurbain. De plus, 300 millions d’euros serviront à dépolluer des friches.

Certains acteurs inquiets pour la relance de la construction neuve

Si les efforts du gouvernement à destination de la rénovation sont nombreux, certains acteurs regrettent que des dispositifs d’une semblable envergure n’aient pas été pensés pour permettre la relance de la construction neuve.

C’est le cas de la Fédération française du bâtiment, mais aussi de la Fédération des promoteurs immobiliers, qui estime que « le risque est fort de voir la production durablement affaiblie, avec deux conséquences majeures à court terme : une contraction de l’activité et une pénurie de logements abordables. »