Plaquiste

Plaquiste plâtrier de confiance

Comment choisir un artisan-plaquiste de confiance ?

Après avoir défini vos besoins, vous allez devoir vous mettre en quête d’un plaquiste de confiance. Ne choisissez pas dans l’urgence : les travaux qu’il s’apprête à réaliser doivent résister aux années, aussi est-il préférable de prendre votre temps et de ne pas confier le chantier au premier artisan venu.

Si vous effectuez des travaux de rénovation énergétique, vous devez impérativement choisir un plaquiste ayant obtenu la certification RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) : si vos travaux sont réalisés par un plaquiste ne possédant pas cette certification, vous ne pourrez pas prétendre aux aides de l’État.

La méthode la plus ancienne pour trouver un plaquiste est de faire fonctionner le bouche-à-oreille. Rien de tel, en effet, que les recommandations des personnes de votre entourage pour accorder votre confiance à un professionnel. Si aucun de vos proches n’est en mesure de vous recommander un plaquiste, vous allez devoir procéder autrement.

Internet est une mine de renseignements : il existe notamment de nombreux annuaires professionnels en ligne qui peuvent vous aider. Toutefois, vous devrez procéder à certaines vérifications pour éviter les arnaques.

Commencez par vérifier que l’entreprise à laquelle vous avez fait appel est bien immatriculée au répertoire des métiers. Là encore, plusieurs sites vous permettent, en renseignant le numéro SIRET de l’entreprise, de vérifier son existence.

N’hésitez pas à questionner le plaquiste auquel vous envisagez de confier votre projet. Vous pouvez par exemple lui demander quels diplômes il a obtenus, puis vous renseigner auprès de la Chambre des métiers pour vérifier l’exactitude de ces informations.

Vous pouvez aussi demander à visiter l’un de ses chantiers achevés ou en cours. Si ce n’est pas possible, demandez tout de même à voir des photos de ses réalisations. Une fois encore, passez un peu de temps sur Internet pour voir s’il possède un site ou un compte professionnel sur les réseaux sociaux. Prenez le temps de lire les commentaires de ses anciens clients : s’ils sont tous négatifs, il est préférable de chercher un autre plaquiste.

Assurez-vous également que le plaquiste dispose d’une assurance responsabilité civile professionnelle (RC Pro), ainsi que de la garantie décennale et de la garantie de parfait achèvement (GPA). En cas de malfaçon, vous serez ainsi couvert. En cas de doute, vous pouvez lui demander les attestations de ses assurances.

Enfin, faites jouer la concurrence et demandez à plusieurs plaquistes de vous établir un devis. Comparez les tarifs à l’heure, mais aussi les prestations proposées. Des prix cassés sont rarement un gage de confiance, et il est parfois préférable de payer davantage pour être certain de la qualité des prestations.

Quels sont les matériaux utilisés par le plaquiste ?

Le plaquiste est spécialisé dans la pose de plaques de plâtre, communément appelées plaques de placoplâtre ou « placo ». Cette appellation, passée dans le langage courant, désigne à l’origine une marque précise de plaques de plâtre.

Les plaques de placo sont composées de plâtre que l’on a coulé entre deux couches de carton. Elles permettent de monter des cloisons intérieures, et de procéder à la finition des murs et des plafonds. Depuis plus de vingt ans, ce matériau résistant et économique, rapide à poser, est très utilisé dans la construction.

Il existe des plaques de placo de différentes tailles et épaisseurs, mais aussi de différentes natures en fonction de leur rôle : certaines ont pour but d’isoler thermiquement une pièce, d’autres d’offrir une isolation phonique entre deux pièces. On trouve également des plaques de placo hydrofuges, qui résistent beaucoup plus à l’humidité que les plaques standard et sont donc parfaites dans les salles de bain.

Le plaquiste peut aussi être amené à poser des plaques de placo dépolluantes, qui ont pour objectif d’assainir l’air intérieur d’une pièce, comme une chambre d’enfant par exemple. Elles permettent notamment de réduire la concentration de formaldéhyde dans l’air, une molécule très présente dans les intérieurs. Cette molécule provient de différentes sources, comme les meubles, les produits d’entretien ou encore la cuisson des aliments ou la combustion des cigarettes.

Le plaquiste peut poser des plaques de placoplâtre ignifugées, conçues pour résister au feu. Parfois, comme dans les immeubles et les établissements recevant du public, elles sont obligatoires pour prévenir le risque d’incendie. Dans le cas d’une maison individuelle, il est conseillé d’utiliser ce type de placo dans la cuisine.

Il existe aussi des plaques de placo flexibles, utilisées par le plaquiste pour créer des courbes, qu’il s’agisse de cloisons, de plafonds, de faux plafonds ou d’éléments de décoration.

Enfin, le plaquiste utilise parfois d’autres matériaux, toujours sous forme de panneaux préfabriqués, comme le métal, le plastique, mais aussi les panneaux agglomérés ou stratifiés.

Plaquiste professionnel fiable

Quelles sont les missions du plaquiste ?

Le plaquiste intervient aussi bien sur des chantiers de construction que sur des chantiers de rénovation. Il peut aussi être amené à travailler à la restauration de monuments historiques. Il aménage des bureaux, intervient pour les finitions des maisons individuelles et des immeubles d’habitation, procède à l’isolation de locaux commerciaux ou encore de bâtiments publics.

Lorsqu’il intervient sur un chantier, le plaquiste commence par prendre connaissance des plans, qui peuvent avoir été réalisés par un architecte ou un bureau d’études par exemple. Une fois qu’il a noté et reporté toutes les indications nécessaires, il coupe et installe les montants qui vont servir de fixation aux plaques de placo. Puis il visse les plaques, qui peuvent aussi être collées.

Il procède ensuite aux finitions : il perce les plaques pour permettre la pose d’interrupteurs et de prises, pose les joints et applique l’enduit sur lequel il sera par la suite possible de peindre. Le plaquiste côtoie de nombreux autres professionnels du bâtiment, qui interviennent eux aussi pour les travaux de second œuvre, comme les électriciens, les menuisiers et les peintres.

Souvent, le plaquiste est également plâtrier. Si ce sont bien deux métiers différents, ils partagent un matériau commun et interviennent tous deux après le gros œuvre, ce qui explique qu’un plaquiste propose aussi, la plupart du temps, des services de plâtrier. Il arrive également qu’ils aient suivi une formation commune.

Tous deux peuvent être amenés à réaliser des éléments décoratifs comme les moulures, les corniches ou encore l’ornementation des cheminées, même s’il ne s’agit pas des compétences premières d’un plaquiste.

Quelles doivent être les compétences et les qualités d’un plaquiste fiable ?

Le plaquiste doit savoir lire un plan et manier différents outils, comme la perceuse, l’équerre et le niveau. Il doit être polyvalent : son travail ne consiste pas uniquement à poser les plaques de placo, mais aussi à faire les joints, appliquer l’enduit, fixer les rails et montants sur lesquels les plaques sont installées.

Il doit être parfaitement au courant de toutes les règles d’hygiène et de sécurité. Il doit également se tenir informé des normes environnementales et connaître à la perfection les matériaux qu’il utilise, pour savoir lequel est le plus adapté en fonction des spécificités du chantier sur lequel il intervient.

Le plaquiste doit être minutieux : son travail est amené à durer dans le temps, et la moindre erreur peut avoir des répercussions considérables, tant sur le confort en matière d’isolation thermique ou phonique, que sur la sécurité des gens vivant ou travaillant à l’intérieur des bâtiments dans lesquels il intervient.

Il est amené à porter des charges lourdes et à travailler dans un environnement poussiéreux, ce qui nécessite qu’il ait une bonne condition physique. Enfin, il est important que le plaquiste ait le sens du travail en équipe. Même s’il exerce son activité à son compte, il travaille au contact de professionnels d’autres corps de métiers, avec lesquels il doit communiquer pour que tout se passe au mieux sur le chantier.

Quelle formation pour devenir plaquiste professionnel ?

Plusieurs formations, du CAP au BTS, permettent d’apprendre le métier de plaquiste. Plusieurs de ces formations peuvent être suivies en apprentissage, ce qui permet d’alterner la formation théorique et la formation pratique en entreprise.

Après la classe de 3ème, il est possible de préparer en 2 ans le CAP Métiers du plâtre et de l’isolation, qui a remplacé le CAP plâtrier-plaquiste. Les élèves apprennent à réaliser des plaques de plâtre, à installer des cloisons, des plafonds, à poser les joints et à appliquer l’enduit.

Ce CAP formant à la fois des plaquistes et des plâtriers, les élèves apprennent aussi bien les techniques de plâtrerie traditionnelle que la conception de panneaux isolants.

Après le CAP, l’élève peut choisir d’approfondir en préparant en un an la Mention complémentaire plaquiste. Ce diplôme national peut aussi être préparé seul, sans avoir obtenu le CAP au préalable.

Le brevet professionnel Aménagement et finition du bâtiment forme au métier de plaquiste en 3 ans. Les élèves apprennent aussi à poser des revêtements sur les murs ou les sols, et à travailler le plâtre. Il s’agit donc d’une formation complète, idéale pour créer sa propre entreprise et offrir différents services.

Pour les titulaires du baccalauréat, il est possible de préparer en 2 ans le BTS « Finitions, aménagement des bâtiments : conception et réalisation ».